Section: Actualités : Maria Louisa 

"J’ai vu le visage de Dieu reflété sur le visage des pauvres"

Eva est veuve ; son mari a été tué par le Sentier Lumineux en présence de ses cinq enfants, ce qui les a rendus violents. Eva ne sourit jamais, elle est toujours très triste et soucieuse à cause de ses enfants qui suivent un mauvais chemin.

Pour survivre avec ses enfants, elle vend des bonbons dans la rue et elle garde avec elle un petit-neveu, nommé Oscar, qu’une nièce lui a laissé avant de disparaître. Parfois, elle travaille de nuit pour continuer à vendre les bonbons ; le petit Oscar dort sur le trottoir. Il y a quelques jours, j’ai rencontré Eva tout en larmes et elle m’a dit que son fils aîné, lui aussi vendeur de bonbons, avait été agressé ; on lui avait volé son argent et ses chaussures, et on l’avait abandonné, blessé, avec le bras cassé.

Des passants l’ont aidé et l’ont transporté à l’Hôpital de Huanuco ; il était dans un état grave à cause d’une hémorragie. Malheureusement, cet hôpital n’avait pas les moyens nécessaires pour le secourir, on a donc dû le transférer à Lima.

Eva n’avait pas un sol [unité monétaire du Pérou] et, à l’Hôpital, on lui a demandé de fournir les médicaments, les poches de sang pour les transfusions… comment faire ? Je lui ai donné un peu d’argent en urgence, mais ce n’était pas suffisant pour payer les médicaments.

Je ne savais que faire pour l’aider ; il me vint à l’idée de demander de l’aide aux enseignantes du Centre Educatif ‘Enfant Jésus de Bethléem’ et à la Direction de l’Association des Parents d’Elèves (APAFA), avec toutes les mamans des enfants.

Nous nous sommes organisées pour faire une « picaronada » (sorte de beignets, typiques du Pérou), et au travail ! Six enseignantes, la cuisinière, quelques mamans expertes dans la préparation des beignets. Chez quelques-unes, j’ai trouvé de la résistance ; elles disaient : « Le fils d’Eva est un voyou, il a volé chez moi ». J’ai rappelé à ces mamans la phrase de l’Evangile : « Dieu fait lever son soleil et tomber la pluie sur les justes et sur les pécheurs » et nous nous sommes mises à l’ouvrage. Le visage de mes collaboratrices s’est éclairé et elles ont toutes travaillé avec beaucoup de plaisir en s’engageant sérieusement. Ce fut vraiment un travail solidaire, fait ensemble ; là, nous avons trouvé Dieu.

Le soir même, nous avons remis l’argent à Eva ; elle m’a embrassée, m’a dit en pleurant : « Merci » et, sur ses lèvres, un sourire est apparu.

L’argent récolté ne suffira pas à payer les frais de l’Hôpital, mais la Providence existe et je suis sûre qu’Eva trouvera encore de l’aide. Je garde gravée dans mon cœur la manière dont les pauvres savent aider les autres pauvres et c’est merveilleux.

Sr Giulia Pavin
Communauté de Huanuco - Pérou

Article available in Français English Espanol Italiano
Autres articles récents dans la section Actualités : Maria Louisa 
7e RENCONTRE DE SPIRITUALITÉ
« JEUNES AMIS DE LA SAGESSE EN ROUTE »
«L’ÉCOLE DE LA VIE» PORTE TOUJOURS DU FRUIT
POUR QUE TOUS AIENT LA VIE
MARCHE NATIONALE AU PÉROU...
SÉISME EN ÉQUATEUR
50 ANS DE PRÉSENCE DES FILLES DE LA SAGESSE AU PÉROU
«ILS SONT COINCÉS.»
En faveur d’une vie sans violence Huànuco - Tingo Maria Peru
ESCUELA DE VIDA - Madre Emma Reportaje de DeVida
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse 2005-2014 Mentions légales