Actualités : Colombie

« LA MAISON DE LA VEUVE»

LE NOUVEAU VISAGE DE « LA MAISON DE LA VEUVE»

Filles de la Sagesse, Palmira-Valle, Columbia

On dit par ici que les temps changent et on peut le constater de bien des façons. Aussi, on dit que les changements amènent de la nouveauté. En quel sens ? Depuis 57 ans, l’Institution Laura Vergara, connue sous le nom de « La maison de la veuve » à Palmira Valle, Colombie, recevait seulement des femmes avec des enfants de plus de deux ans. Femmes et enfants avaient perdus un époux et un père à cause de la violence sociale vécue dans cette zone du pays, et étaient abandonnés sans aucune forme d’aide familiale ou sociale.

Une nouvelle forme de violence

La violence prévaut toujours, mais maintenant la forme de violence est domestique sans figure paternelle. Le nombre de mères « têtes de famille » est en hausse ; elles restent seules car le mari et le père de leurs enfants les abandonnent pour une autre compagne. Souvent aussi, mères et enfants doivent se sauver du domicile à cause des mauvais traitements physiques et psychologiques que les maris leur font subir, ce qui viole leurs droits et les met dans une situation à risque.

 Maintenant, on nous présente des femmes chefs de familles avec des nouveaux nés qui continuent d’être victimes de leurs décisions malheureuses, unies à des hommes qui les maltraitent, les déprécient et les abandonnent à leur sort. Ces femmes prennent sur elles-mêmes la responsabilité de la maternité ce qui les conduit à tenter l’impossible pour élever leurs enfants.

Préoccupation : garder la famille ensemble

Le nouveau visage de « La maison de la veuve » est le visage d’enfants d’à peine quelques mois, recevant l’affection d’étrangers à la famille. Une mère demandant les services de la « Maison », disait en pleurant : « Mon mari m’a laissé et j’ai trois enfants de deux, cinq et six ans dispersés chez des étrangers. Mon bébé d’un mois est avec moi, mais je vis dans une seule pièce partageant mon lit avec la dame qui m’a hébergée…mon rêve est d’avoir mes quatre enfants avec moi…aidez-moi… »

Visage de Jésus enfant fuyant en Égypte, avec l’aide de ses parents pour éviter la terreur meurtrière d’Hérode. Quant aux enfants de la « Maison », ils fuient la violence domestique avec leur mère. Afin qu’ils ne soient pas élevés dans une atmosphère de mauvais traitement et d’agressivité et après mûre réflexion, ce sont les mères qui décident de prendre un autre chemin pour protéger leurs enfants.   

Aujourd’hui, ces mères sont reçues avec beaucoup d’amour et font partie d’une communauté de vie à « La maison de la veuve ». Là, elles entrent facilement en relation les unes avec les autres puisqu’elles vivent des situations et des expériences similaires.

Situation de vulnérabilité

La réalité des enfants et adolescent/e/s de Colombie devient de plus en plus complexe. Ils vivent avec une figure parentale ou non, sont élevés par des grands-parents ou par un oncle. Mais ceux-ci doivent laisser les jeunes seuls pour aller travailler.

Ces enfants passent la plus grande partie de leur vie sans figure d’autorité. Ils (elles) sont exposés à toutes sortes de situations : viols, consommation de substances psychoactives, agressivité, indigence et gangs de rue. Pour éviter cela, l’ICBF (Institut colombien de protection de la famille) a conçu des programmes adaptés aux types de population. La « Maison de la veuve » fait partie d’une de ces propositions, accueillant actuellement 73 enfants et adolescents à risque pour le programme de protection-violation.

La présence des Filles de la Sagesse est très signifiante non seulement pour le programme de protection de la famille mais pour ces enfants et les familles. Les Sœurs  donnent sécurité et confiance. Même si travailler avec des adolescents est une tâche ardue, épuisante et décourageante, elles sont présentes aux plus nécessiteux, à ceux et celles qui sont dépourvus d’affection…Et comme dit Puebla  « ce sont les visages souffrants de Jésus »

 

DISCOURS DU PAPE JEAN-PAUL II -Puebla de Los Angeles (Mexique), séminaire Palafoxiano
Dimanche 28 janvier 1979

Article available in Français English Espanol Italiano
Autres articles récents dans la section Actualités : Colombie
« LA MAISON DE LA VEUVE»
UNE PASTORALE ÉDUCATIVE
Institution «LAURA VERGARA» page photos
L’Institut Notre Dame de la Sagesse pour les enfants sourds de Bogotá (Colombie) reçoit un Prix
Une espérance de vie nouvelle en Colombie
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse 2005-2014